Comments 1

Face à la crise économique, les producteurs de Champagne cherchent de nouveaux relais de croissance en Inde, en Chine et en Russie.

L’année dernière à la même période, la région Champagne portait un toast à la santé du marché britannique qui permettait à ses producteurs d’atteindre des records en termes de chiffres de vente. Avec une demande qui dépassait l’offre, le patron d’une grande maison comparaît même cette situation à celle du pétrole brut, les prix atteignant de nouveaux sommets sur les cours mondiaux. « C’est tellement naturel dans ce genre de situation qu’il y a une légère tendance à l’arrogance » soulignait un autre ténor champenois. Cependant, la baisse du cours du baril a démontré, une fois de plus, la tendance à la régulation des marchés qui affichent des hausses spectaculaires, le champagne, qui est un baromètre précis et historique de la situation économique, n’a pas échappé à l’impact de la récession mondiale.


De fait, les ventes au Royaume-Uni qui représentent environ un quart des 150 millions de bouteilles exportées, n’ont cessé de baisser au cours des neuf derniers mois (-18% par rapport à 2007 pour le seul mois d’octobre). Les chiffres sont également en recul sur les principaux marchés tels que les Etats-Unis ou l’Allemagne « la tension se fait clairement sentir dans notre secteur » déclarait un porte-parole de la Chambre de Commerce et d’Industrie du Champagne.

En effet, les consommateurs britanniques délaissent les points de vente traditionnels au profit des supermarchés qui proposent du Champagne à prix « discount ». Ainsi, une chaîne de magasins a diminué de moitié le prix d’une marque médaillée en proposant la bouteille à 10 £ … un affront pour les Champenois et la partie émergée de l’iceberg si l’on considère les ventes en augmentation constante des crémants bon marché.

Ceci étant, la croissance spectaculaire de la Russie, de la Chine et de manière plus improbable de l’Inde est extrêmement encourageante même si la base est modeste. Mais tout de même, les oligarques russes pour lesquels le « champagne » local est tout simplement indigne ont consommé plus d’un million de bouteilles et ce pour la première fois. Les ventes semblent donc bien se porter malgré la crise économique actuelle.

Les producteurs soupçonnés de détourner leur production en faveur des marchés émergents.
L’enthousiasme des Chinois
(qui conduit parfois à l’apparition de Johnny Walker Black Label sur la table du petit déjeuner !) ne connait pas de signe d’affaiblissement et ce, plus particulièrement à Hong Kong. Les prix de vente pouvant aller jusqu’à 80 £ la bouteille n’ont pas non plus freiné une nouvelle classe particulièrement aisée en Inde : « on doit toujours avoir une bonne bouteille dans le réfrigérateur lorsque les amis viennent » a déclaré un Indien à un visiteur britannique.

De fait, les détaillants britanniques soupçonnent les producteurs français de réduire l’approvisionnement en direction du Royaume-Uni afin de maximiser les recettes tirées des marchés émergents jugés plus lucratifs. La Chambre de Commerce et d’Industrie insiste sur le fait qu’il serait ridicule et contre-productif « d’affamer » la Grande-Bretagne, son meilleur client. Et pourtant, un distributeur haut de gamme à Londres, a prouvé sous couvert d’anonymat, qu’un producteur de Champagne rosé (particulièrement demandé à la veille de Noël) a menacé de mettre certains détaillants en liste noire si ces derniers vendaient le précieux breuvage à tarif réduit même si le prix est une fois et demi celui de l’année dernière.

Source : The First Post

  • Share/Save/Bookmark
Print

Un commentaire pour “Face à la crise économique, les producteurs de Champagne cherchent de nouveaux relais de croissance en Inde, en Chine et en Russie.”

  1. Faites comme l’OPEP, réduisez votre production, au liue de courir tout le temps à la cata.

Laissez un commentaire