Comments 0

Bettane & Desseauve : 1e édition du Grand Tasting Hong Kong.

En complément de la 4e édition du « Grand Tasting Paris » qui aura lieu au Carrousel du Louvre les 4 et 5 décembre prochains, Bettane & Desseauve annonce son premier développement international avec la création du « Grand Tasting Hong Kong » du 4 au 6 novembre 2009 au cœur de la 2e édition de la « Hong Kong International Wine & Spirits Fair ».

La spécificité du Grand Tasting Paris est de réunir des domaines qui ont tous en commun d’avoir été sélectionnés par le guide Bettane & Desseauve. Ce concept unique offre aux visiteurs une garantie d’homogénéité quant à la qualité des vins présentés. C’est cette même exigence qui donne à l’évènement sa légitimité de salon des grands vins européens en France comme à l’étranger. Ce même concept va être décliné sur Hong Kong par Bettane & Desseauve sous la forme d’un pavillon Grand Tasting au sein du Salon International des Vins et Spiritueux de Hong Kong (Hong Kong International Wine & Spirits Fair).

Mais au-delà du regroupement des exposants français sous un même label de qualité, Bettane & Desseauve prévoit également une rencontre privilégiée avec tous les acteurs du marché asiatique du vin à travers des sessions de dégustation, des Master Class, des déjeuners « business matching » et même un dîner de gala organisé pour la circonstance. La promotion et l’organisation de cet évènement sera faite en France et à Hong Kong grâce à un accord pris avec Simon Tam, l’une des personnalités les plus influentes sur le marché asiatique du vin. Outre ses fonctions de directeur de l’Independent Wine Centre (Shanghai, Hong Kong et Macau), Simon Tam écrit dans de nombreux journaux et quotidiens dont le South China Morning Post et a été nommé « meilleur consultant » du marché asiatique par Wine Business International en juin 2007.

Thierry Desseauve déclare « Le Grand Tasting Hong Kong est la première étape du développement de nos activités sur le continent asiatique, à titre d’exemple, l’intégralité des notes et des commentaires édités dans le Grand Guide des Vins de France depuis son origine sera prochainement disponible en ligne en chinois traditionnel et simplifié ». De fait, l’ambition de Michel Bettane et Thierry Desseauve est de renforcer leur image de portes paroles des grands vins européens en dehors de nos frontières. « Nous avons été approchés par une entreprise taïwanaise spécialisée dans les contenus académiques qui souhaitait publier nos notes et commentaires pour répondre à l’intérêt croissant des amateurs asiatiques. L’accord a été rapidement trouvé et la mise en ligne du contenu s’effectuera courant octobre soit juste avant le Grand Tasting Hong Kong. Il est capital que les vins français prennent la place qui leur revient sur ce marché » renchérit Thierry Desseauve.  

Journalistes de métier, Michel Bettane et Thierry Desseauve livrent les suppléments vins « clefs en main » de grands magazines tels que Le Monde, Le Monde 2, L’Express ou encore Le Journal du Dimanche. Ils viennent par ailleurs de prendre en charge toute la partie dégustation de « Terres de Vins » dont le premier numéro sortira en septembre. Michel Bettane et Thierry Desseauve sont sans aucun doute les dégustateurs les plus légitimes pour parler de l’excellence française et européenne dans le monde, Robert Parker n’a-t-il pas déclaré que : « Michel Bettane est le plus grand critique européen » ?

  • Share/Save/Bookmark
Comments 0

Assurance prospection Coface : un levier pour l’export

Pour faire suite au billet précédent, il nous parait opportun de reprendre quelques informations relatives à l’assurance prospection Coface tant ce dispositif est à la fois simple et intéressant.

Concrètement, l’assurance prospection Coface s’adresse à toute entreprise française dont le C.A. est inférieur ou égal à 500 millions d’euros dans le cadre d’une démarche d’exportation. L’assurance prospection participe à la prise en charge des frais de prospection à l’export s’ils ne sont pas amortis par un niveau suffisant de ventes (indemnité généralement égale à 65% du solde). L’entreprise assurée dispose à la fois d’un soutien financier et d’une assurance contre la perte subie en cas d’échec commercial (dans ce contexte, le solde des remboursements reste acquis).

Pendant la période de garantie (durée variable de 1 à 4 ans), la Coface verse une indemnité à l’expiration de chaque exercice (l’entreprise peut même disposer d’une avance sous certaines conditions) en tenant compte des dépenses engagées, dans la limite du budget de dépenses garanti, et des recettes réalisées pendant l’exercice considéré. Pendant la période d’amortissement, l’assuré reverse chaque année un pourcentage de ses recettes réalisées dans la zone concernée. Dans tous les cas, l’assuré ne reverse jamais plus que l’indemnité versée.

L’assurance prospection Coface couvre l’ensemble des frais engagés par l’entreprise pour sa démarche export soit : location et aménagement d’un stand sur un salon, études de marché, déplacements à l’étranger, salaires des salariés pendant leurs déplacements, frais de fonctionnement d’un bureau ou d’une filiale commerciale, publicité, création d’un site Internet etc… Toutes les informations sont disponibles sur http://www.coface.fr/dmt/rubg_act/index_dernouv.htm et la  demande de garantie peut également se faire en ligne.

  • Share/Save/Bookmark
Comments 2

Les français à l’export ou quand les enveloppes nationales ne sont pas utilisées !

Même si le dynamisme de certains acteurs de la filière vitivinicole mérite d’être souligné, force est de reconnaitre que le réflexe export n’est pas encore acquis pas le plus grand nombre. Si l’on sait que les vins du Nouveau Monde appartiennent pour la plupart à des consortiums géants qui disposent de solides moyens en matière de promotion, que dire alors des producteurs italiens ou espagnols dont la volonté s’affirme jour après jour ?

Au-delà de quelques problèmes culturels, ce ne sont pourtant pas les moyens qui manquent malgré ce que tout un chacun pourrait éventuellement affirmer pour justifier sa démarche timide à l’export. Volontariat International à l’Etranger (VIE) par Ubifrance, assurance prospection par Coface ou encore OCM par Viniflhor, combien de producteurs connaissent vraiment les aides dispensées à la filière ? Et l’on ne peut même pas dire que les démarches soient compliquées … ce serait trop facile !

Dans un récent communiqué, Vitisphère rapportait l’inquiétude de Marianne Fischer Boehl qui s’inquiétait de la très faible consommation des fonds accordés aux états membres au titre de l’enveloppe nationale dans le cadre de l’OCM. « A fin mai, c’est-à dire à la mi- parcours de la première année de la réforme, les états membres n’ont en moyenne dépensé que 20% de leur enveloppe nationale. Certains n’ont encore rien dépensé » s’est alarmé la commissaire européenne chargée de l’agriculture et du développement rural. Et d’ajouter : « A ceux qui ne sont pas encore dans les starting blocks, je dis lacez vite vos chaussures de course et partez. C’est à tous les acteurs du secteur de faire des projets pour utiliser au mieux ces fonds. Et je pense essentiellement aux programmes de promotion. Alors creusez vous pour trouver plus d’idées pour utiliser cet argent »

Vinexpo Bordeaux n’a fait que confirmer que les marchés asiatiques seraient les premiers à redémarrer, ceux qui se positionnent dès maintenant seront indiscutablement les premiers servis. Certains l’ont déjà compris et enregistrent des débuts prometteurs, quant aux autres … ils ne pourront pas dire qu’ils n’avaient pas été prévenus. A moins que l’on ne continue à penser que la supériorité du vin français est tellement évidente que les acheteurs asiatiques vont naturellement venir à nous ! Mais il est largement permis d’en douter …

Sources : www.exporterduvinenasie.com et Vitisphère

  • Share/Save/Bookmark