Comments 0

2008 : 26% de progression des ventes de vin sur Hong Kong.

Selon les dernières statistiques, Hong Kong a vendu plus de 8,5 millions de bouteilles en 2008 soit une progression de 26 %. La valeur des ventes a atteint 490 M de dollars HK (HKD) soit environ la moitié des ventes de bière. Le prix des vins a baissé d’environ 7 % et ce, plus particulièrement pour les grands crus qui enregistrent une chute d’environ 22 %. L’Australie et la France restent les fournisseurs les plus importants mais les importations de Nouvelle Zélande et du Chili ont augmenté de manière sensible. L’augmentation des ventes s’est ressentie sur toutes les familles : rouge, blanc, vin pétillant et rosé.

Source : www.wines-info.com

  • Share/Save/Bookmark
Comments 0

Château Lafite veut produire un “cru d’exception” en Chine

Les domaines Barons de Rothschild (DBR), propriétaires du prestigieux Château Lafite, viennent d’annoncer leur intention de produire un grand cru en Chine dans la péninsule du Shandong (est).

Le vignoble de 25 hectares en coteaux, situé près de la ville de Penglai, sera développé avec le groupe public chinois CITIC. “De toutes les régions chinoises prospectées par les techniciens de DBR (Lafite), cette péninsule s’est révélée être la plus prometteuse à la production d’un grand vin, tant du point de vue climatique que géologique”, précise le communiqué diffusé par le groupe. “Je suis très heureux de développer un projet viticole dans un pays dont l’intérêt pour les grands vins va chaque année croissant. Participer à la création d’un cru d’exception chinois est une aventure particulièrement passionnante”, a déclaré le responsable des Domaines Barons de Rothschild (Lafite), le Baron Eric de Rothschild. La région de Penglai, parfois surnommée le “Bordelais chinois” car elle se situe à peu près à la même latitude que Bordeaux, a connu ces dernières années un développement de sa viticulture, grâce à l’arrivée de groupes étrangers. Une récente étude publiée par Vinexpo annonce que la Chine est entrée en 2008 dans le club de dix premiers consommateurs de vin et devrait devenir l’un des premiers producteurs mondiaux de vin au cours des 50 prochaines années. En 2008, 90% des vins consommés en Chine étaient des vins locaux. Outre le Château Lafite Rothschild, les Domaines Barons de Rothschild (Lafite) gèrent en France de prestigieux domaines, comme le Château l’Evangile, le Château Rieussec et le Château Duhart-Milon à Bordeaux ou le Château d’Aussières en Languedoc. Ils sont également présents au Chili et en Argentine.

Source : Vitisphère

  • Share/Save/Bookmark
Comments 0

Vinexpo 2009 : la montée en puissance de la Chine ne cesse de se confirmer

Les chiffres du marché chinois du vin donnent le tournis. Alors que la croissance annuelle mondiale moyenne se situe à 1,4%, celle de la Chine atteint 15% . L’Empire du Milieu est le 9ème consommateur de vin au monde, avec 804,8 millions de bouteilles ; la barre du milliard devrait être franchie en 2009. La consommation a augmenté de 61% entre 2003 et 2007, augmentation prévue de 36% d’ici 2012, 1,242 milliard de bouteilles vendues d’ici 2012, 256% de croissance des importations de vins français depuis 2003, la Chine dans le top 10 des pays producteurs de vin, avec une consommation totale en hausse de plus de 51%. Dans ce tourbillon, la France, fournisseur leader, bénéficie largement de cette progression continue avec 2,374 millions de caisses vendues en 2007. Les vins australiens et italiens en profitent également, avec une plus forte progression depuis 2003.

Bordelais cette année, le salon annuel de Vinexpo s’est tenu à Hong Kong en 2008 où il se tiendra à nouveau en 2010. Le salon mondial des vins et spiritueux est donc particulièrement bien positionné pour suivre ce marché. Les taux de fréquentation des visiteurs en provenance d’Asie continuent à progresser et la crise ne semble pas devoir influer cette tendance. De Hong Kong en 2008 (+28,8 % de fréquentation des visiteurs asiatiques) à Bordeaux en 2009, la fréquentation des visiteurs professionnels en provenance d’Asie devrait continuer à progresser.

Source : Vinexpo & Vitisphère

  • Share/Save/Bookmark
Comments 0

4. Les stratégies mises en oeuvre

Quatrième chapitre de cette étude commanditée par le Département Recherche du Hong Kong Trade Development Council auprès d’Actrium Solutions (HK). Ce document, en langue anglaise, sur la distribution et le commerce du vin à Hong Kong et en Chine est l’un des plus complets qui soit disponible gracieusement. Compte tenu de son intérêt , www.exporterduvinenasie.com a décidé de le traduire et d’en faire profiter les lecteurs qui ne parlent pas la langue de Shakespeare. Les différents chapitres seront publiés au fur et à mesure sur ce blog, restez connecté pour vous tenir informé des dernières publications.

L’intensification des efforts marketing
Pour les producteurs comme pour les marchands, l’organisation de sessions de dégustation reste le premier moyen de toucher les clients. Indépendamment de ces sessions qui ont lieu à intervalles réguliers, les salons professionnels offrent la possibilité de planifier l’activité commerciale pour l’année à venir. En Europe, les trois évènements de référence sont l’International Wine & Spirits Fair (LIWSF) de Londres, le salon Prowein de Düsseldorf et Vinexpo Bordeaux. Cette dernière manifestation tient par ailleurs une édition Asie Pacifique biennale, la dernière ayant eu lieu à Hong Kong en mai 2008. Ces relations suivies ont permis à Hong Kong de favoriser le commerce du vin sur cette région et de rester sur le devant de la scène internationale en tant que plateforme de distribution.

Par ailleurs, la Chambre de Commerce et d’Industrie (HKTDC) a organise le premier Salon International du Vin et des Spiritueux de Hong Kong (Hong Kong International Wine & Spirits Fair) en août 2008 conjointement au salon Food Expo. Cette première édition a accueilli des distributeurs, cavistes, producteurs et négociants ainsi que nombre de fournisseurs proposant des services liés à l’industrie du vin. Les exposants et visiteurs se sont majoritairement déplacés de Hong Kong et d’Asie mais aussi du monde entier. Avec cet évènement, le Hong Kong Trade Development Council s’est inscrit dans la logique de Hong Kong visant à créer une plateforme d’affaires et permettre aux exposants et visiteurs d’explorer les nombreuses opportunités offertes par la Chine et le marché asiatique.

La consolidation de la formation.
La connaissance est la base de toute nouvelle industrie et ceci est d’autant plus exact sur un domaine pointu tel que le négoce du vin. Sans une formation adéquate sur tous les aspects de ce marché, aucune fondation solide et durable ne peut être envisagée. La formation ouvre de nouveaux horizons de carrière pour de nombreuses personnes et ce quel que soit leur niveau de qualification. Une nouvelle catégorie de personnel qualifié à même de proposer ses services est nécessaire non seulement sur Hong Kong mais aussi en Chine continentale et dans les autres économies asiatiques. Les spécialisations sont diverses : sommeliers, journalistes, logisticiens, viticulteurs, professionnels du marketing et consultants spécialisés. A ce jour, l’organisme de référence est le UK’s Wine and Spirit Education Trust (WSET) dont la réputation précède toutes les offres du marché.

A Hong Kong, seul un organisme de formation propose le diplôme WSET tandis que huit autres offrent la possibilité de suivre ces mêmes cours jusqu’à un niveau assez élevé pour les amateurs de vin. Ces sessions de formation, principalement destinées aux consommateurs, leur apprennent à goûter et acheter. Ceci étant, une vraie marge de croissance existe pour les formations destinées aux professionnels du négoce, aux acheteurs ou encore aux sommeliers. A ce jour, une seule personne, certifiée par le « Court of Master Sommeliers », est à même de prodiguer un enseignement de haut niveau sur le continent asiatique. Le manque d’experts à même de dispenser des formations de haut niveau en accord avec les goûts asiatiques est donc criant, et ce, plus particulièrement pour tout ce qui concerne les ateliers et cours visant à accréditer les professionnels du négoce. 

Le développement des outils pour l’investissement.
Le succès de Londres est en grande partie lié au fait que la cité britannique est le quartier général de nombreux fonds d’investissements et de maisons de vente aux enchères liés à l’industrie du vin et, plus important encore, du London International Vintners Exchange (LivEx). En tant que plateforme de distribution et de commerce vin (WTDC), Hong Kong doit encourager le développement de tous les outils  afin de proposer une alternative aux investisseurs de Hong Kong et d’Asie. Ces outils comprennent : a) les fonds d’investissements proposés par des banques privées ou des fonds privés, b) les ventes par négociants de vins en primeur, c) les ventes aux enchères de grands crus et vins fins pour les acheteurs locaux étrangers. 

Bien que ces investissements soient encore peu courants, les fonds et l’achat en primeur offrent la possibilité d’investir sans trop de risque et procure une diversification intéressante du portefeuille de l’investisseur avec des perspectives de gain intéressantes. Selon les statistiques 2007, l’index LivEx 100 offre à lui tout seul des perspectives de 43% de gain sur 12 mois tandis que le FTSE 100 ou encore le S&P 500 n’offrent respectivement que 5 et 4,9% pour la même période (NDLR : ces estimations ont été effectuées avant la crise, néanmoins, le succès rencontré par les récentes ventes aux enchères sur Hong Kong tend à prouver que cet investissement est encore l’un de ceux qui se tient le mieux dans le contexte économique actuel). Avec de telles prévisions de retour, l’investissement dans ce domaine est une option particulièrement intéressante. Les fonds d’investissements dans le domaine du vin fonctionnent de manière traditionnelle avec un plancher minima de l’ordre de 100.000 € tandis que certains atteignent 5.000.000 €. Les « futurs » vins permettent à certains investisseurs de commencer à des niveaux plus raisonnables (à partir de 5.000 €) et apprécier la progression de leur portefeuille.

La clientèle asiatique souhaite plus que jamais disposer d’outils alternatifs pour gérer la croissance de son patrimoine. De fait, les fonds d’investissements internationaux dirigés par des établissements étrangers ont d’ores et déjà établi de solides bases en Asie. La disponibilité et la connaissance progressive de ces fonds conduira à un transfert important de ces activités sur Hong Kong dans un délai assez court.

Source : Hong Kong Trade Development Council
Prochain chapitre : Les bénéfices économiques

  • Share/Save/Bookmark