Comments 0

Sopexa, Trade Events Solutions et Bettane & Desseauve signent un accord de coopération pour la promotion et la commercialisation du Salon International des Vins & Spiritueux de Hong Kong.

Avec 680 exposants et plus de 14.000 visiteurs professionnels soit 20% de plus par rapport à 2009, la Hong Kong International Wine & Spirits Fair 2010 n'a pas démenti son succès.

Dans le cadre de la 4ème édition du Salon International du Vin et des Spiritueux de Hong Kong (Hong Kong International Wine & Spirits Fair – 3 au 5 novembre 2011), Sopexa, Trade Events Solutions (agent mandaté par le Hong Kong Trade Development Council depuis la 1ère édition du salon) et Bettane & Desseauve (Le Grand Tasting) ont signé un accord de coopération pour la promotion et la commercialisation de ce salon annuel qui, en seulement trois éditions, s’est imposé comme l’un des évènements de référence des vins et spiritueux sur le marché asiatique .

Outre le fait de proposer une offre commerciale claire aux exposants français et leur apporter davantage de services, cet accord exprime la volonté de tous les acteurs de fédérer les producteurs, toutes régions confondues, au sein d’un unique pavillon France qualitatif et représentatif de l’image des vins français à l’international et plus spécifiquement sur le continent asiatique.

La commercialisation du pavillon Le Grand Tasting (réservé aux producteurs issus de la sélection du « Grand Guide des Vins de France ») est sous la responsabilité de Bettane & Desseauve tandis que les contacts commerciaux des autres exposants du pavillon France sont Denis Stevens chez Trade Events Solutions et Christine Mayet chez Sopexa

  • Share/Save/Bookmark
Comments 0

Hong Kong découvre de nouveaux cépages

 

La cave du restaurant Ming Court (deux étoiles Michelin), de l’hôtel Langham Court de Hong Kong, répertorie plus de 400 vins

En juin 2010, des professionnels du monde entier se sont retrouvés dans la vallée du Rhône pour assister au premier Symposium International du Grenache. L’objectif de cette réunion était de débattre autour du Grenache et de créer un projet pour le futur de ce cépage, l’un des cépages les plus répandus au monde. Les producteurs de la région avaient ainsi décidé de se regrouper sous la présidence de Steven Spurrier, expert en vin et éditeur du magazine Decanter, et de Michel Bettane, premier critique de vins français, co-auteur du Grand Guide des Vins de France.

« C’est probablement l’un des meilleurs vins pour accompagner un repas », déclare Eddie McDougall, viticulteur ausein de l’unique winery de Hong Kong, 8th Estate. Ce dernier est en train de mettre la touche finale au premier vin fait uniquement à partir d’un cépage de Grenache, et utilise des vignes de 90 ans d’âge – une occasion à ne pas manquer, assure-t-il. Positionné sur le haut du marché, ce vin qui accumule le sucre se marie donc très bien avec beaucoup de plats et soupes chinoises.

Changer les habitudes
La popularité croissante des vins du Nouveau Monde à Hong Kong est en train de susciter l’intérêt pour les cépages et leurs différentes caractéristiques. Ceux qui étaient à l’origine attirés par les vins français commencent aussi à chercher autre chose que le Bordeaux et à s’initier aux spécificités des cépages. « La plupart des gens peuvent lister leurs vins préférés pour chaque pays, observe Ross Chan, d’Asia Vintners Ltd. En tant que rebelle du vin, je compte introduire davantage de cépages et de mélanges sur le marché, car il y a de plus en plus d’amateurs qui sont fatigués de boire toujours le même vin. ». Tant Eddie McDougall de 8th Estate que M. Chan prévoient que ce seront les vrais amoureux du vin qui s’écarteront du chemin du Cabernet Sauvignon, du Shiraz et du Pinot Noir – déjà perçus comme des choix audacieux à Hong Kong – pour essayer du Grenache ou du Tempranillo. Mais les deux spécialistes se réjouissent de voir que le marché élargit son offre.

Au Langham Place de Hong Kong, un hôtel 5 étoiles de Kowloon, l’expert en vin, Zach Yu, supervise la réalisation de l’une des plus grandes caves de la ville. Elle référence actuellement plus de 400 vins, et Zach Yu est à la recherche d’une marque belge faite à partir de cerises plutôt que de raisins. La cave est aménagée au sein du Ming Court, le restaurant chinois (deux étoiles au guide Michelin) de l’hôtel, et propose un modèle différent du service traditionnel du sommelier. Les clients peuvent d’abord sélectionner leur vin, puis avoir un menu conçu sur-mesure pour accompagner celui-ci. « Nous devons attiser l’intérêt en essayant des nouveaux concepts, pour faire évoluer le choix des clients, très restreint à ce jour », assure Zach Yu, « d’autant plus que les chinois sont plus susceptibles de se laisser tenter par une bouteille hors de prix que les clients occidentaux. »

L’indispensable éducation
Les Chinois ont l’habitude d’opter pour des châteaux prestigieux, à l’instar de Lafite ou Haut Brion, et le but de Zach Yu est de faire évoluer cette inclinaison. Il n’a pas écarté les propositions risquées et a inscrit à la carte des vins un Pinotage premium par De Waal, d’Afrique du sud, proposé à environ 40 €. Pinotage est en général un choix mal reçu à Hong Kong car perçu comme bas de gamme. Le Malbec argentin, un autre cépage qui “monte”, sera parfait, selon lui, avec des plats chinois hivernaux. Kyoho, Lemberger et Carmenere sont d’autres cépages originaux rarement vus sur d’autres cartes. Zach Yu ne lésine pas sur les informations pour réussir son pari de séduire, et d’éviter la confusion, lors de la commande. A chaque vin sont associés un numéro de commande, une description, un prix, l’année de production, et surtout la note décernée par le Wine Spectator – accorder ces notes est très tendance à Hong Kong, où l’on est attentif au statut social. Alors que les vins du Nouveau Monde sont classés par cépage, Zach Yu liste toujours les vins européens par régions, et est même en train de réaliser un coffret de démonstration avec des échantillons des sols, car toute information est un bonus. « S’ils ne connaissent pas le cépage, peut-être sont-ils familiers avec le calcaire », sourit Zach Yu.

La région contre le cépage
Hervé Leroux a fondé Sino-Vantage Asia Ltd il y a plus d’une décennie, en se concentrant sur l’importation de vins français. Estimant que des événements comme la Journée Internationale du Grenache sont trop largement ciblés pour avoir un impact significatif, il pense que les consommateurs connaissent davantage les régions que les cépages, particulièrement lorsqu’il s’agit de vins européens. Le Français suit de très près les tendances du marché pour anticiper la prochaine mode. La multiplication des restaurants italiens milieu – haut de gamme a entraîné un intérêt pour les vins italiens et une soif de connaissances à leur sujet, et Sino-Vantage a introduit une sélection italienne pour s’adapter à ce qu’il perçoit comme une nouvelle envie. Mais le vin italien, comme beaucoup d’autres vins européens, s’est souvent avéré difficile à vendre à Hong Kong. Les régions sont nombreuses, souvent petites, l’approvisionnement irrégulier, les noms imprononçables, les labels compliqués. Toutefois, les Super Toscans ont eu un bon impact sur le marché, en élargissant le marché du vin au-delà des Barolo et des Barbaresco. Mais le vin doit offrir un bon rapport qualité-prix, être de grande qualité et raconter une histoire intéressante pour être bien vendu à Hong Kong, assure Hervé Leroux. « Le cépage fait certes partie de cette histoire, dit-il, mais pour nous, ce n’est pas la plus importante. Nous vendons du vin Gavi di Gavi d’Italie. Combien de personnes connaissent le cépage Cortese ? »

Au-delà de Bordeaux
Vendre des nouveaux vins demande du soin, voire de la dévotion, et des vendeurs expérimentés pour assurer leur succès. « Eduquer le consommateur est la clé », affirme Annabel Jackson, auteur, formatrice et consultante en vin et cuisine basée à Hong Kong. « Mettez une bouteille de vin en face de quelqu’un et expliquez-lui, alors il aimera », déclare-t-elle, en ajoutant que le facteur éducation est largement sous-exploité sur les salons professionnels, alors que les dégustations, voie d’apprentissage traditionnelle, sont trop souvent considérées comme « trop cérémonieuses. ». Les cépages présentant le plus fort potentiel sont ceux se mariant bien avec la cuisine chinoise, estime Annabel Jackson. Elle cite comme favoris les vins italiens présentant une « acidité décente », le Malbec, le Syrah, et les Pinot Noir d’Amérique du nord. « Une fois que vous êtes sortis du Bordeaux, assure-t-elle, le monde est à vous. »

Source : Hong Kong Trader

  • Share/Save/Bookmark
Comments 0

Chine : succès d’envergure pour la Hong Kong International Wine & Spirits Fair 2010

La troisième édition de la Hong Kong International Wine & Spirits Fair, organisée du 4 au 6 novembre dernier par le Hong Kong Trade Development Council (HKTDC), a rassemblé plus de 680 exposants (contre 240 il y a seulement deux ans) venus de 30 pays dont la France avec 109 stands sur plus de 1000 m², et l’Australie, pays partenaire, avec 69 stands.

La manifestation a connu une affluence record avec 14 000 visiteurs professionnels (+19% par rapport à 2009). Parmi les visiteurs étrangers, les plus nombreux venaient de Chine continentale (+16%), mais l’événement a également attiré plus de visiteurs australiens (+22%), américains (+23%) et japonais (+39%). L’ouverture du salon au grand public, le dernier jour, a enregistré 14 000 entrées, 15% de plus que l’année précédente.

Les professionnels comme le grand public ont donc confirmé le formidable potentiel de Hong Kong, marché en tant que tel et porte d’entrée vers la Chine continentale, annoncé par M. Henry Tang, Secrétaire Général de l’Administration de Hong Kong en ouverture du salon : “La demande de vins de qualité dans cette région connaît une croissance certaine (…). Pour capitaliser sur cette tendance, nous avons réduit les droits sur le vin de 80 % à zéro. La croissance des affaires autour du vin au cours des deux dernières année a entraîné des synergies avec de nombreux secteurs comme la restauration, le tourisme, la logistique et le stockage ainsi que l’éducation du vin. Nous sommes tous ravis de voir ce nouveau potentiel d’affaires. (…) Nous sommes prêts à mordre un bouchée de la Big Apple”. Car Hong Kong, après avoir dépassé Londres en 2009 (en passant d’un chiffre d’affaires dans les ventes aux enchères de vins de 27 M$ en 2008 à 64 M$ en 2009), est à présent un concurrent direct de New York pour le titre de capitale des ventes aux enchères de vin ; sur 2010, le chiffre d’affaires des ventes a déjà presque double, à 120 M$. Les importations de vin vers Hong Kong s’élèvent quant à elles à 600 M$ sur les neuf premiers mois de 2010

Source : Vitisphère

  • Share/Save/Bookmark
Comments 0

Hong Kong : pari gagné pour devenir une plate-forme mondiale de distribution et de commerce du vin

Hong Kong est en passe de gagner son pari de devenir en deux ans une plate-forme mondiale de commerce et de distribution de vins, a appris Moci news lors d’un déjeuner organisé le 20 octobre à Paris à l’occasion de la visite en France de John C Tsang, secrétaire aux Finances de la Région administrative spéciale de Hong Kong. Depuis la suppression des droits de douanes sur les vins décidée par les autorités de Hong Kong en avril 2008, les chiffres sont éloquents. Le salon Vinexpo Asia Pacific de cette année (25-27 mai) a ainsi attiré 880 exposants et 12 000 visiteurs. Et pour la Hong Kong International Wine & Spirits Fair (Salon International du Vin & des Spiritueux de Hong Kong), dont la troisième édition aura lieu du 4 au 6 novembre prochains, 650 exposants et 15 000 visiteurs sont attendus. Au sein de cette manifestation, le « Grand Tasting Hong Kong », lancé en 2009 par le guide Bettane & Desseauve sur le modèle du « Grand Tasting Paris », réunira 48 exposants contre 22 en 2009. Enfin, un protocole d’entente doit être signé le 22 octobre entre les autorités de Hong Kong et les vins de Bourgogne sur le modèle de ce qui a été fait avec les vins de Bordeaux pour assurer la promotion des vins français.

Source : Moniteur Commerce International

  • Share/Save/Bookmark
Comments 0

Chine : le marché du vin s’ouvre aux liquoreux

Au premier semestre 2010, la Chine a surpassé l’Allemagne et les Etats-Unis pour devenir la première destination à l’export des vins de Bordeaux, en volume et en valeur. Deux appellations bordelaises majeures ne profitaient pas, jusque là, du relai de croissance que représente la demande chinoise : celles des vins liquoreux de Sauternes et de Sauternes-Barsac.

En effet, jusqu’au début du mois de septembre, la Chine n’autorisait pas l’importation de vins contenant plus de 250 mg/l. Cette limite, annonce l’OIV, vient d’être élevée à 400 mg/l pour les vins doux et le vins de fruits (les vins secs sont quant à eux toujours soumis à la limite de 250 mg/l). Il faut donc s’attendre à voir très vite flamber les prix du Château d’Yquem.

Au-delà de Sauternes et Barsac, l’ouverture du marché chinois aux vins liquoreux est une très bonne nouvelle pour l’ensemble des producteurs de ces vins rares, de l’Alsace au Jurançon en passant par la Loire… Ces vins représentent depuis plusieurs années un marché stable, sans heurts, mais en quête d’accélérateurs de croissance. On sait les succès rencontrés sur d’autres marchés asiatiques par les vins liquoreux en raison de leur beaux accords avec les gastronomies épicées, à l’exception des plus piquantes. Les vins blancs liquoreux pourraient en outre permettre d’accélérer le développement du marché de l’ensemble des vins blancs, en retard sur les rouges en Chine.

Source : OIV ; iDealwine

  • Share/Save/Bookmark
Comments 0

La Chine, première destination des vins de Bordeaux à l’export

A l’issue d’un mouvement de ciseaux amplifié par le ralentissement économique sur le marché britannique, le Royaume-Uni a revu à la baisse ses commandes de vins de Bordeaux au point de se faire détrôner, en volume et en valeur, par la Chine et Hong Kong, dont les commandes ont représenté 90 millions d ‘euros au premier semestre 2010, contre 74 millions sur toute l’année 2009 (chiffre déjà en hausse de 40 % par rapport à 2008. La Chine, Hong Kong compris, était déjà passée devant les Etats-Unis en 2009 pour devenir la première destination des vins de Bordeaux à l’export hors-Union Européenne, en volume comme en valeur. AU premier semestre 2010 elle détrône également l’Allemagne et le Royaume-Uni et devnient la première destination des vins de Bordeaux à l’export.

Cette tendance reste dans la ligne de l’évolution des ventes de vins de Bordeaux en Chine et à Hong Kong, qui ont doublé chaque année depuis cinq ans. Thomas Jullien, qui dirige le marketing de l’Interprofession des Vins de Bordeaux, a même reconnu dans les colonnes de Skynews être toujours impressionné par la croissance des ventes sur le marché chinois : “J’aurais cru que nous atteindrions un plateau plus rapidement”.

Source : Vitisphère

  • Share/Save/Bookmark
Comments 0

Incidence prévisible de la dépréciation de l’euro sur les échanges internationaux de vin

L’euro, qui valait 1,49 dollar au début de décembre 2009, a connu une chute très rapide : le 8 juin 2010, il était passé sous la «barre» de 1,20 dollars (1,19). C’est ce même jour que – symboliquement – Airbus obtenait un contrat de 11,5 milliards de dollars pour une commande des Emirats, ce qui symbolisait le regain de compétitivité des entreprises de la zone euro. Si, dans celle-ci, l’Allemagne est adepte de la politique de l’euro fort, d’autres pays ressentent l’incidence bénéfique pour leur commerce de la dépréciation de cette monnaie sur les exportations hors de la zone monétaire. Elles ont progressé en valeur de plus de 10 % dans le premier trimestre de 2010, pour atteindre 125 milliards d’euros en mars. Ce résultat tient, certes, en partie à la reprise de l’activité commerciale, mais en partie aussi à la dépréciation de l’euro. L’incidence de cette dépréciation devrait être notable sur les échanges de vins entre la zone euro et le « reste du monde ».

Les pays de cette zone ont, sur le plan vinicole, une grande importance : 94 % du potentiel vinicole et 79 % du volume de la consommation dans l’Union européenne, 60 % du potentiel de production et 50 % de la consommation dans le monde.La forte baisse de l’euro par rapport aux grandes monnaies mondiales devrait donc en 2010 influer sur les échanges des pays de la zone.

Source : Vitisphère

  • Share/Save/Bookmark
Comments 0

Primeurs 2009 : Bordeaux est déjà à Hong Kong.

 

A l’issue des Primeurs, Bettane & Desseauve vient de publier les notes de dégustation de près de 600 vins. Pour la première fois, ces notations qui font autorité sont disponibles auprès des professionnels et des grands amateurs de Hong Kong au travers du premier numéro en ligne de Bon Vivant Hong Kong. Ce nouveau e-magazine publié dans le cadre du partenariat engagé avec Simon Tam (Independent Wine Centre) reprend les notes de dégustation de 200 grands crus bordelais 2009, rédigées en anglais et même en chinois. 

Simon Tam a récemment déclaré auprès de la presse et des professionnels hongkongais : « Michel Bettane et Thierry Desseauve sont les deux plus grands experts du vin français au monde. Nous sommes extrêmement enthousiastes quant à cette collaboration. Lorsque vous parlez aux propriétaires de châteaux ou aux vignerons partout en France, vous vous rendez immédiatement compte de l’estime et du respect qu’ils ont pour Michel et Thierry, véritables figures dans le domaine du vin et de sa dégustation. Ils visitent le vignoble chaque année pendant et après les vendanges, s’entretiennent avec les producteurs, et vont même jusqu’à participer à l’assemblage » et de continuer : « Je suis toujours surpris de voir que les critiques américains soient considérés comme les leaders d’opinion tandis que Michel Bettane et Thierry Desseauve parcourent le vignoble français depuis plus de 30 ans ».

De fait, Robert Parker a écrit en 1991 que « Michel Bettane a été le premier critique à prévoir que le millésime 1982 serait exceptionnel pour Bordeaux tout comme l’a été 1929 ». Tous les experts s’accordent à dire que 2009 est également une année exceptionnelle. Les trois crus qui ont atteint le score magique de 100 points sur l’échelle de notation Bettane & Desseauve sont Château Margaux, Château Petrus et Château d’Yquem tandis que cinq autres grands vins sont récompensés par un score de 98 à 99 points. Michel Bettane et Thierry Desseauve, fidèles à leur réputation, ont d’ailleurs dégusté ces crus trois fois en novembre 2009 et en février et avril 2010 avant de rendre leur verdict.

Bon Vivant Hong Kong a été envoyé à 10.000 importateurs, revendeurs, CHR, journalistes et autres contacts qualifiés, les notes et commentaires de dégustation de Bettane & Desseauve sur les primeurs 2009 sont ainsi les premiers à être disponibles en anglais et en chinois sur le marché asiatique. Un pas de plus sur ce continent pour Bettane & Desseauve qui sera présent à Hong Kong du 4 au 6 novembre 2010 avec le pavillon Le Grand Tasting lors de la Hong Kong International Wine & Spirits Fair (Salon International du Vin et des Spiritueux de Hong Kong).

  • Share/Save/Bookmark
Comments 0

La demande chinoise entraine la croissance mondiale du marché du vin

La Chine est en passe de devenir le 7e marché mondial de consommation du vin en 2013 selon une étude Vinexpo, organisateur du salon Vinexpo Asie Pacifique. Les chinois consommeront environ 1,2 milliard de bouteilles de vins en 2013 soit une augmentation de 32% par rapport à 2009. L’année dernière, la Chine était le 8e marché mondial derrière le podium composé de l’Italie, la France et les USA. Les vins importés représentent 11,8 % du marché avec la France comme premier fournisseur dont la part de marché devrait atteindre 15,8 % en 2013.

Source : AFP, Vinexpo

  • Share/Save/Bookmark
Comments 0

Hong Kong pourrait importer pour 500 M € de vin en 2010.

Tel est du moins le pronostic de Jacky Cheung, président de la Hong Kong Wine Association, qui l’étaie d’abord sur les importations de 2009 qui ont dépassé les 400 M € soit une hausse de 41% par rapport à 2008. Une croissance qui devrait perdurer en 2010? soutenue par le marché chinois (devenu le 1e marché export pour Bordeaux) dont 40% des importations transitent par Hong Kong qui a d’ailleurs signé avec sa mère patrie un accord visant précisément à faciliter le dédouanement des vins réexportés. L’émulation entre distributeurs, qui sont entre 700 et 800 aujourd’hui (deux fois plus qu’en 2008) et les deux grands évènements de l’année (Vinexpo Asie Pacifique en mai et la Hong Kong International Wine Fair, Salon International du Vin et des Spiritueux de Hong Kong en novembre) devraient également constituer de précieux stimulants selon Jacky Cheung.

Source : VSB La Lettre

  • Share/Save/Bookmark
Articles plus anciens »